Les Géminides en 2012

Le déplacement du radiant des géminides en décembre 2012 Les Géminides sont une pluie d'étoiles filantes provoquée par un objet appelé (3200) Phaéton, qui est supposé être une comète éteinte. Les météores de cet essaim peuvent être vus à la mi-décembre, avec habituellement un pic se situant entre le 12 et le 14 du mois. Les Géminides semblent s'intensifier chaque année et les pluies récentes ont vu 120 à 160 météores par heure dans des conditions optimales. Les Géminides ont été observées pour la première fois il y a seulement 150 ans, donc beaucoup plus récemment que d'autres essaims telles que les Perséides qui sont connues depuis près de 2000 ans, ou encore que les Léonides.

meteorites Les météores d'un même essaim paraissent venir d'un même point de la sphère céleste. Ce point est appelé radiant. Sa position varie au fil des jours. Le nom de la constellation dans laquelle il se situe donne son nom à l'essaim météoritique. Ainsi, l'essaim des Géminides doit son nom à la constellation des Gémeaux car autour du maximum de l'essaim les étoiles filantes semblent émaner d'un point situé dans cette constellation. Cependant d'autres météores n'ont pas de directions privilégiées, on parle alors de météores sporadiques.

Si c’est sans doute l’essaim d’étoiles filantes le plus spectaculaire visible chaque année, l’essaim des Géminides est moins connu que celui des Perséides car il est vrai qu’il est beaucoup moins agréable de s’allonger dehors la nuit au milieu du mois de décembre qu’au mois d’août (du moins dans l’hémisphère nord, bien sûr !). Pourtant si l’on met de côté la température extérieure, les Géminides ont presque tout pour plaire.

D’abord le nombre, puisque leur taux horaire moyen (ou ZHR pour Zenithal Hourly Rate) est estimé à 120 (contre 100 pour celui des Perséides). Attention cela ne veut pas dire que vous verrez 120 Géminides par heure car le ZHR représente le nombre d'étoiles filantes que pourrait voir en une heure un observateur idéalement placé sous un ciel d'un noir parfait et sous un radiant se situant au zénith.

Ajoutons à cela le fait que ces étoiles filantes sont souvent lumineuses, et avec une vitesse pas trop élevée (35 km/s, contre 71 km/s pour les Léonides par exemple, ou seulement 20 km/s pour les Draconides).

Ensuite la position de leur radiant dans le ciel, puisque celui-ci se lève au moment où le Soleil se couche : il se trouve donc au plus haut dans le ciel en milieu de nuit, donc dans un ciel le plus noir possible. De plus, le fait qu’il soit situé dans la constellation des Gémeaux, donc au niveau de l’écliptique, fait qu’il est observable également dans une bonne partie de l’hémisphère sud.

Ajoutez à cela le fait que le maximum de l’essaim n’est pas cantonné à un « pic » trop ponctuel puisqu’il s’étale sur plus d’une vingtaine d’heures, ce qui permet également de maximiser le nombre d’observateurs potentiels du phénomène dans la direction est-ouest.

Cependant cette position sur l’écliptique a quand même un inconvénient. En effet le plan orbital de la Lune est incliné d’environ 5° par rapport à l’écliptique, et avoir une Lune pleine ou presque à proximité du radiant rend l’observation quasiment impossible.

Une Geminide tombée en 2009 Le maximum de l’essaim des Géminides tombe dans la période du 13 au 14 décembre, donc en 2011 la Lune va gêner les observations (Pleine Lune le 10) mais en 2012 le maximum tombera idéalement au moment de la Nouvelle Lune (Nouvelle Lune le 13 décembre 2012 à 08h41m UTC) alors que le maximum de l’essaim des Géminides est prévu du 13 décembre à 7h au 14 décembre à 4h (TU).

(3200) Phaéton est un astéroïde Apollo. Il a été découvert par Simon Green et John K. Davies au moyen du télescope spatial infrarouge IRAS le 11 octobre 1983. C'est le premier astéroïde à avoir été découvert par ce télescope spatial. Il a été baptisé du nom de Phaéton, fils du dieu du soleil, Hélios, dans la mythologie grecque. La caractéristique la plus remarquable de cet astéroïde est qu'il approche le soleil plus près que n'importe quel autre astéroïde répertorié. Son périhélie est seulement 0,140 ua soit 58% du rayon orbital de Mercure. Cette orbite pourrait laisser supposer que Phaéton est le cœur d'une ancienne comète, d'autant plus qu'elle coïncide avec les éléments orbitaux moyens de la pluie de météores dite des Géminides. Toutefois malgré des températures élevées de 600 °C à proximité du Soleil aucune émission de gaz ou de poussières n'a pu être détectée comme celle d'une comète.

Phaéton s'approchera relativement près de la terre le 14 décembre 2093, passant à moins de 0,0194 ua soit 2,9 millions de km

Pour observer, pas besoin de télescope, ni même d´une paire de jumelles. Il vous suffit simplement de vous allonger sur une chaise longue, et éventuellement de regarder plutôt en direction de la constellation des Gémeaux et de ses célebres étoiles Castor et Pollux si vous souhaitez en voir un maximum. Evitez la lumière car la pupille de vos yeux met 15 à 20 minutes pour se dilater complètement et donc vous empêche momentanément d'en profiter au maximum.

accueil clubregulus.free.frclubregulus.free.fr