Etoiles filantes - l'essaim des Quadrantides en 2017

meteorites L’essaim des Quadrantides est le premier essaim d’étoiles filantes visible chaque année. C’est également l’un des plus actifs, avec celui des Géminides et celui des Perséides pour ne citer que ceux dont l’intensité ne varie pas trop d’une année sur l’autre. Il est actif du 28 décembre au 12 janvier, avec un maximum autour du 3 ou du 4.

Observé pour la première fois en 1825, cet essaim proviendrait de l’astéroïde 2003 EH1 découvert en 2003. Selon les astronomes, il s’agirait en fait d’une comète. D’après Ichiro Hasegawa, un astronome et chasseur de comètes japonais, cet essaim proviendrait d’une comète observée par les Chinois en 1490, mais rien ne le prouve actuellement. L'astéroïde 2003 EH1 peut s'approcher à moins de 0.3 UA de Jupiter et de la Terre. Il a une période de 5.53 ans, avec un périhélie à 1.19 UA, une forte inclinaison (70.8 °) et une excentricité de 0.62. D'après son éclat, le diamètre de 2003 EH1 est évalué entre 1,5 km et 2,7 km.

Les météores d'un même essaim paraissent venir d'un même point de la sphère céleste. Ce point est appelé radiant. Sa position varie au fil des jours. Le nom de la constellation dans laquelle il se situe donne son nom à l'essaim météoritique. Ainsi, l'essaim des Perséides doit son nom à la constellation de Persée car autour du maximum de l'essaim les étoiles filantes semblent émaner d'un point situé dans la constellation de Persée. Cependant d'autres météores n'ont pas de directions privilégiées, on parle alors de météores sporadiques.

Le déplacement du radiant des Quandratides en 2017 Le radiant de l’essaim de Quadrantides se trouve dans la constellation du Bouvier, proche des constellations d'Hercule et du Dragon. Si habituellement on utilise le nom de la constellation de laquelle semblent provenir les étoiles filantes pour nommer un essaim, celui des Quadrantides à la particularité de venir d’une constellation aujourd’hui disparue. N’allez pas pour autant croire que les étoiles associées à cette constellation ont disparues, elles sont bien toujours visibles. En fait son nom provient de la constellation du Quadrant mural (Quadrans Muralis) qui existait à l’époque de la découverte de cet essaim, et que l’astronome français Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande avait placée en 1795 entre les constellations du Bouvier et de la Grande Ourse. Il ne reste aujourd’hui de cette constellation que les Quandrantides qui proviennent de l’endroit où elle se trouvait. En effet, dans les années 1920, l'Union astronomique internationale (UAI) a décidé de mettre de l'ordre dans les constellations et d'en définir rigoureusement les limites. L'atlas officiel des constellations, défini en 1930 par Eugène Delporte, a ainsi divisé le ciel en 88 constellations avec des frontières précises, pour que tout point du ciel appartienne à une constellation.

Le radiant des Quadrantides est circumpolaire sous nos latitudes, c'est-à-dire qu’il est situé en permanence au dessus de l’horizon. Cependant en France l'observation devra se faire de préférence après minuit, lorsqu'il approchera du zénith, afin de bénéficier des meilleures conditions d'observations car il sera très bas sur l’horizon en début de soirée.

Le taux horaire moyen (ou ZHR pour Zenithal Hourly Rate) attendu pour les Quadrantides est de 120. (il peut varier entre 60 et 200) Cependant cela ne veut pas dire que vous verrez 120 Quadrantides par heure car le ZHR représente le nombre d'étoiles filantes que pourrait voir en une heure un observateur idéalement placé sous un ciel d'un noir parfait et sous un radiant se situant au zénith.

Les Quadrantides zèbrent le ciel, à la vitesse moyenne de 41 kilomètres par seconde. A titre de comparaison, les essaims les plus lents on une vitesse moyenne de 18km/s (pi-Puppides, Bootides de juin, Phoenicides ), et l’essaim le plus rapide est celui des Léonides avec une vitesse moyenne de 71 km/s. La particularité des météores qui forme l’essaim de Quadrantides est qu’ils laissent une traînée qui persiste plusieurs secondes après leur disparition, ce qui est un véritable régal. A ce sujet, une petite expérience amusante peut être réalisée : la détection à l’aide d'une radio FM. En effet, en pénétrant dans l'atmosphère terrestre, le météore crée derrière lui une ionisation locale, qui à la propriété de réfléchir les ondes électromagnétiques du spectre radio. Le moyen le plus simple "d'entendre" cet écho radio est de rechercher une fréquence de la bande FM (88-108MHz) où habituellement aucune radio ne diffuse, ou à la limite d'audibilité d'une station de radio. Le passage d'un météore engendrera la diffusion d'un signal radio sporadique là où il n'y avait qu'un bruit de fond.

En 2017, d'après l'International Meteor Organization (IMO), le maximum de l'essaim des Quadrantides aura lieu le 3 janvier à 14h en temps universel. Le Premier Quartier de la Lune étant le 5 janvier, elle ne sera donc pas du tout génante pour l'observation. Quand au pic en lui-même, il est généralement très court (de 3 à 5 heures).

Pour observer, pas besoin de télescope, ni même d´une paire de jumelles. Il vous suffit simplement de vous allonger sur une chaise longue, et éventuellement de regarder plutôt en direction de la constellation du Bouvier si vous souhaitez en voir un maximum. Evitez la lumière car la pupille de vos yeux met 15 à 20 minutes pour se dilater complètement et donc vous empêche momentanément d'en profiter au maximum.

Les nuits des etoiles 2018
accueil clubregulus.free.frclubregulus.free.fr